ACCESSI MÉCA SPORTS
Piloter sur un circuit en toute autonomie, alors que vous êtes déficient visuel ? Et pourquoi pas ?! En tout cas, c’est le défi que s’est lancé l’association Accessi Méca Sports, créée en 2011 en Tourraine, par des passionnés de sports mécaniques… mal et non voyants !
« Mag’Eye’Zine : – Bonjour Romain RICHARD, vous êtes le président de cette association ?
Romain : – Non, je suis trésorier cofondateur. Notre président, actuellement Antoine BARRON, doit être voyant, avoir une expérience dans les sports mécaniques et faire preuve d’objectivité.
M’E’Z : – Quel est le but de votre association ?
R : – Le but, c’est de rendre accessible et autonome la pratique des sports mécaniques pour les personnes mal ou non voyantes, en n’ayant qu’une machine et un pilote, sans copilote.
M’E’Z : – Comment une telle prouesse est-elle possible ?
R : – Pour le moment, nous avons créé nous-mêmes, et de façon artisanale, un boîtier qui permet à une personne non voyante, aidée par une personne voyante en bord de circuit, de se situer par rapport à la piste (au milieu, ou sur un côté). C’est le pilote qui décide de sa trajectoire, la personne voyante n’est pas là pour lui indiquer ce qu’il doit faire.
En ce qui concerne le circuit en lui-même, nous plaçons des objets tactiles. Par exemple, sur une piste goudronnée nous placerons des câbles au sol avant un virage, et des tubes s’il s’agit d’un terrain de cross.
Pour les mal voyants, nous avons installé des balises visuelles au bord de la piste, mais nous essayons de développer un boîtier du même genre que pour les non voyants, car ces balises ne sont pas ce qu’il y a de mieux en termes de sécurité. Par contre, le but est que le pilote mal voyant puisse continuer à utiliser ses restes visuels pour piloter.
Le but est de créer deux boîtiers différents, un pour les mal et un pour les non voyants, qui soient adaptables à tout type de machine.
M’E’Z : – Quel genre de machine souhaiteriez-vous rendre accessibles en termes de pilotage ?
R : – Aujourd’hui nous faisons du quad, du kart… nous aimerions tout adapter, jusqu’au jet-ski ; tout est imaginable !
M’E’Z : – Est-ce qu’on peut, aujourd’hui, vous solliciter pour faire des tours de circuit avec vous ?
R : – Nous avons beaucoup de demandes. Le problème, c’est que le prototype de notre boîtier fonctionne bien, mais n’est pas forcément au point pour des personnes qui n’ont pas l’habitude de pratiquer des sports mécaniques. Nous avons besoin de développer ce produit, et d’en fabriquer plusieurs. Une entreprise est déjà très intéressée par notre projet, nous avons établi un cahier des charges et un devis. Un boîtier coûterait environ 20 000 euros. De plus, il faut imaginer une normalisation, qui n’existe pas dans ce domaine. Et cela a un coût qui s’élève à près de 40 000 euros. Aujourd’hui, nous sommes donc plus dans une phase de développement de notre produit, ainsi que de soutien financier. Mais nous espérons vite pouvoir offrir la possibilité à toute personne déficiente visuelle, ou voyante qui voudrait se mettre dans notre situation, de piloter une machine sur circuit en toute autonomie.
M’E’Z : – Avez-vous d’autres projets, sur le long terme ?
R : – Et si le sport mécanique pour déficients visuels, devenait un sport à part entière ? »
Vous pouvez entrer en contact avec l’association Accessi Méca Sports et/ou la soutenir en vous rendant sur leur site internet : www.amecasports.fr

Article paru dans le n°1 de Mag’Eye’Zine Le site de Mag’Eye’Zine

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube